PROCHAINE RENCONTRE

Samedi 29 septembre à 18h :

Le haut arctique groenlandais : chez les habitants les plus septentrionaux de la planète.

Conférence de Jacques Moreau 

 

Qeqertaq en mars © Jacques Moreau

 

Ancien directeur de recherche au CNRS, Jacques Moreau est un spécialiste de l’Arctique. Il y a mené de nombreuses expéditions, en a rapporté des photos et des films.

Il connaît particulièrement bien le Nord-Ouest du Groenland. Il nous parlera de la vie qu’y mènent aujourd’hui les Inuit, peuple dont la culture très ancienne est aujourd’hui malmenée par les changements climatiques et géopolitiques.

Il nous montrera de nombreuses images des paysages et de la population de cette région.

Il évoquera aussi l’expédition qu’il y a faite en 2016 avec quatre jeunes de Seine Saint-Denis.

 

 

Rencontre suivante

10 novembre à 16h : NOUVEAUX ROMANS. Lectures-rencontres suivies d’une table ronde. Avec Sandra Lucbert (La Toile, Gallimard, 2017), Patrick Bouvet (Petite histoire du spectacle industriel, L’Olivier, 2017) et Daniel Foucard (Seule, Inculte, 2017).

Il y a mille nouvelles manières d’écrire une fiction et plus précisément un roman. Presque toutes sont marquées par les mutations du monde moderne mais rares sont celles qui en sont irriguées au point de faire sentir quelles courses effrénées et souvent chaotiques s’y jouent. Il y a des romans/réseaux sociaux, des romans/fil d’infos, des romans/drones qui ont troqué l’habillage linéaire du roman classique pour saisir la force d’un présent lui-même irrigué de flux électriques incessants et toujours plus nombreux. La toile (Gallimard) de Sandra Lucbert, Petite histoire du spectacle industriel (l’Olivier) de Patrick Bouvet et Seule (Inculte) de Daniel Foucard sont de ceux-là. Trois livres récents qui ne nient aucunement leur dette envers les théories littéraires, la pop culture ou l’identité du livre, mais poussent l’écriture dans les marges de nos habitudes de lecture.

 

© Francesca Montovani

Dans La Toile (Gallimard 2017), Sandra Lucbert transpose le dispositif épistolaire des Liaisons dangereuses à l’époque contemporaine: messageries instantanées, mails, réseaux sociaux sont autant d’outils pour questionner le statut de la vie privée, de l’information et des gouvernances. Ce roman très original, nerveux, montre comment une technologie et ses utilisateurs redessinent les logiques du désir et du politique – nos façons de vivre et d’aimer.

 

 

© Patrice Normand

Depuis une quinzaine d’années, Patrick Bouvet interroge la « condition postmoderne » : la fabrication des images collectives, la marchandisation des corps, la virtualisation du réel par la technologie ou la culture de masse. Ce sont tous ces thèmes qui se trouvent orchestrés et remis en perspective dans sa Petite histoire du spectacle industriel (L’Olivier, 2017). Sa lecture à la fois poétique et politique de notre époque aboutit à un manifeste très critique à l’égard des mass media et de l’industrie du divertissement.

 

 

© Emma Larsenn

Une jeune femme se réveille sur une lande déserte. Elle a oublié son nom, son identité. Est-elle une naufragée ou a-t-elle été piégée ? Est-elle observée, l’a-t-on droguée puis abandonnée sous le regard de caméras cachées ? S’adressant à un auditoire supposé (ou à nous, lecteurs), elle tient des propos radicaux sur le monde dans lequel elle imagine vivre. C’est avec les ressorts de la fiction que Daniel Foucard nous tient en haleine dans le long monologue théorique du personnage de Seule (éditions Inculte, 2018).